lundi 11 septembre 2017

Survivre de Frederika Amalia Finkelstein



Rentrée littéraire 2017



Le livre :

Survivre de Frederika Amalia Finkelstein aux éditions l'Arpenteur, 140 pages, 14 € 00.
Publié le 17 août 2017


Pourquoi cette lecture : 

Il s'agit d'un partenariat avec les éditions l'Arpenteur obtenu dans le cadre de l'opération Masse Critique de la communauté de lecteurs Babelio


Le pitch : 

Le soir du 13 novembre, j'ai compris que la guerre pouvait éclater en bas de chez moi - une forme inouïe de guerre. La peur et la méfiance sont devenues normales : je vis en attendant le prochain attentat. Le soir du 13 novembre, ma génération s'en est prise à elle-même : les assassins avaient le même âge que les assassinés. Survivre est un hommage à cette génération, née avec les écrans, ultraconnectée, et pourtant en proie à une immense solitude. 
Nous voulons être libres : parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. F. A. F.



Ce que j'en pense : 

Les attaques, les attentats sont devenus banals dans nos journaux télévisés ou autres sites d'actualité. Triste constat, mais réalité qui n'est plus seulement fictive ou lointaine lorsque ce sont nos villes, nos rues qui sont touchées. Les mesures de sécurité peuvent renforcer l'angoisse de certains même si c'est la sécurité du plus grand nombre qui est avant tout visée. A n'en pas douter, c'est une nouvelle forme de guerre plus latente que d'autres qui émerge et son lot de victimes est moins évident à dénombrer. 

Se plonger dans les pages de ce livre, c'est accepter d'écouter et de suivre une jeune femme, Ava, qui est banale elle-aussi en apparence. Rien ne la distingue vraiment dans la foule, elle est un quidam. Le lecteur pense qu'il va s'ennuyer et pourtant, par petites touches, il est accroché. C'est qu'elle se livre entièrement et qu'elle n'hésite pas à confier des pensées pour le moins dérangeantes (mais qui nous passent aussi par la tête si on est honnête). Le lecteur va mieux la cerner cette jeune fille et il ne pourra pas rester insensible : même la détester, ne pas la comprendre, la trouver plus qu'étrange, c'est déjà quelque chose. 

L'ensemble du roman reste toutefois dur, éprouvant à force de lire toujours plus de détails sanglants, glaçants, terrifiants. L'auteur soumet le lecteur à rude épreuve en le choquant, en heurtant sa sensibilité de manière régulière tout au long de l'ouvrage. Certes, une dénonciation de tout ce que peut véhiculer les réseaux sociaux, Internet de façon plus générale, le tout relayé par les médias dits professionnels est faite, mais est-ce la meilleure méthode ? Je ne sais pas. Y en a-t-il d'ailleurs une bonne ? 

Cette lecture laisse un goût amer. Difficile de dire si on a aimé ou pas. On cogite, on rejette, on absorbe, on réagit. Il faut aussi digérer et cela peut prendre du temps. 



Et s'il fallait mettre une note : 11 / 20 

lundi 4 septembre 2017

C'est la rentrée (2017) même ici



L'été n'est pas encore tout à fait terminé, mais déjà on sent que l'automne n'est plus si loin. On a d'ailleurs pour la plupart repris le chemin du travail, de l'école (entre aujourd'hui journée officielle de rentrée scolaire et les matinées suivantes pour d'autres), du train train quotidien...
Reste le plaisir de la lecture qui n'a pas réellement de saison. Il nous accompagne en général toute l'année, avec quelques fois des petites baisses de régime, mais globalement le lecteur d'un jour restera un lecteur pour toujours.

Le blog reprend du service en ce 4 septembre 2017 avec un rythme et un style de publications qui risque de changer un peu. Rien de révolutionnaire pour l'instant au niveau du contenu, plutôt des variations. Quant à la fréquence des billets, elle sera sans doute un peu plus aléatoire, mais chaque semaine aura bien son lot de mise en ligne.

En attendant justement la prochaine, je vous souhaite de très belles lectures.

mercredi 28 juin 2017

Vacances estivales 2017



Et voilà, c'est l'été depuis quelques jours déjà et le blog prend ses quartiers pour se préparer pour la prochaine rentrée.
En attendant, le retour des publications prévues pour le lundi 4 septembre, je vous souhaite de passer un été doux et rempli de belles lectures.

lundi 26 juin 2017

Tout est sérieux mais rien n'est grave de Coco Bracelet de la Pérrière



Le livre : 

Tout est sérieux mais rien n'est grave de Coco Bracelet de la Pérrière aux éditions Mazarine, 320 pages, 18 € 00.
Publié le 31 mai 2017. 



Pourquoi cette lecture : 

J'aime lire des ouvrages de développement personnel car j'y trouve de judicieux conseils. Je pioche ici et là ce qui peut être bon pour moi, pour les miens. Cela permet aussi de réfléchir et de se poser les bonnes questions. 
Il s'agit d'un partenariat avec les éditions Mazarine. 



Le pitch : 

Il serait bien temps de lâcher prise ! Le monde d'aujourd'hui nous ordonne d'être performant en tout, tout le temps, et partout. L'anxiété devient notre style de vie, la productivité LA valeur essentielle, et le perfectionnisme un idéal... A la fois au four et au moulin, au bureau et à la maison (et... à la salle de sport, avec ses amis), nous finissons par perdre de vue l'essentiel : nous-mêmes. Fort heureusement, être déconnecté de soi et des autres, cause d'une grande partie de nos maux, n'est pas incurable. 
Grâce à une centaine de témoignages, Coco Brac de la Perrière a listé les 150 problèmes les plus fréquemment rencontrés - stress, pensées négatives, addictions, angoisses, difficultés relationnelles... - et expose au fil de ces pages toutes les solutions pour s'en débarrasser : exercices de respiration, méditation, astuces personnelles, anecdotes ou encore adresses indispensables, elle livre à son lecteur les clés de la reconquête de la sérénité. 
Pour que, par de petits gestes, de minuscules révolutions, une nouvelle dynamique voie le jour. Ce guide est une formidable boîte à outils pour s'engager sur le chemin de la connaissance de soi, se débarrasser des problèmes qui plombent le quotidien, retrouver la sérénité et, enfin, ne plus se prendre la tête.



Ce que j'en pense : 

Ce livre appartient à la catégorie "boite à outils" que l'on ne lit pas d'une traite, ni de la première à la dernière page bien dans l'ordre. Non, c'est un ouvrage où l'on va et vient, où l'on pioche ce qui nous intéresse quand on en a besoin. 

Chaque thème, chaque "problème" est abordé de la même manière. 
1- On décrit le cas qui nous gêne et déjà on remet un peu les pendules à l'heure en regardant les choses en face de façon méthodique. 
2- On passe à la pratique avec des exercices simples pour aller vers la solution. 
3- Une petite méditation positive
4- Un bonus pour aller encore plus loin. 
5- Du concret, une adresse...

Il y a deux grands axes : 
  • le personnel 
  • Le relationnel

Le moins que je puisse dire, c'est qu'avec 150 cas environ proposés, le spectre est large. Chaque lecteur trouvera un ou plusieurs cas qui le gêne, le bloque, l'interpelle. C'est aussi typiquement le genre de livre qu'on prête, qu'on conseille à ses meilleurs amis. 

Pas de solution miracle néanmoins, cette lecture permet juste de remettre les choses à leur juste place, de savoir aussi que l'on n'est pas seul à rencontrer ce soucis, de voir qu'il est possible de vivre très bien malgré tout, que l'on peut améliorer l'ensemble. On se reconnecte à nous-mêmes et cela change beaucoup de choses. On est plein de ressources et on l'ignore trop souvent. 


Et s'il fallait mettre une note : 13 / 20


vendredi 23 juin 2017

Soigner et souffrir : 14 juillet 2016, ils ont pansé les plaies de Nice de Marc Magro



Le livre : 

Soigner et souffrir : 14 juillet 2016, ils ont pansé les plaies de Nice de Marc Magro aux éditions First, 320 pages, 16€95. 
Publié le 1er juin 2017



Pourquoi cette lecture : 

J'avais envie de comprendre comment on peut faire face à un événement d'une telle ampleur et aussi terrible. 
Il s'agit d'un partenariat avec les éditions First. 



Le pitch : 

" La plupart d'entre nous n'étaient pas du service. On aurait pu être perdus, mais non. On s'est serré les coudes, on s'est remonté le moral, on s'est encouragés. C'était une chaîne incroyable de solidarité ... J'ai trouvé ça très beau, réconfortant, et j'espère que les patients l'ont ressenti pareillement. Parce qu'on était vraiment là pour eux. " Fabrice, infirmier, venu spontanément en renfort aux Urgences le 14 juillet au soir. 
Qu'ils soient médecins, infirmiers, aide-soignants, pompiers, ambulanciers, brancardiers, secrétaires, pharmaciens, psychologues, personnels funéraires ; qu'ils aient été de garde, mobilisés, ou se soient trouvés dans la foule en civil ; qu'ils aient sauvé des vies, tenu des mains blessées ou compté des morts : la nuit du 14 juillet 2016 restera gravée dans leur mémoire. A travers les paroles de soignants, ce livre-mémoire raconte les forces et les fragilités d'hommes et de femmes, leur capacité à faire face à l'imprévu, aux drames, et à se relever pour continuer.


Ce que j'en pense : 

J'aime lire pour me détendre, mais j'aime également lire pour comprendre comment fonctionne le monde. L'actualité n'est jamais gaie, mais parfois on frise, voir on est complètement dans l'horreur la plus impensable. Quand les lieux de ces drames nous sont connus, c'est sans doute encore plus terrible. C'est le cas pour l'immonde attentat de Nice du 14 juillet 2016. 

Avec ce livre témoignage, on vit minute par minute, ces heures qui ont marqué l'Histoire de notre pays, mais aussi des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes... dans leur chair, dans leur âme. 
Ce n'est pas du voyeurisme, c'est écouter la parole de ceux qui y étaient, qui ont vu, qui ont vécu cet événement meurtrier et sanglant, qui ont aidé, soigné, orienté, évacué etc... On leur donne enfin la parole et sans limite de temps et/ou sans trop de montages (comme dans certains reportages qui ont besoin de la phrase choc pour leur audience). Dans un livre, on a plus de marge, la notion de temps n'est pas du tout la même et pour l'effet sensationnel qui n'est pourtant pas le coeur de la cible, le poids des mots est souvent plus marqué. 

C'est également un livre qui nous informe de manière précise et pas trop indigeste sur les procédures qui peuvent être mises en place au seins des cellules de secours, des hôpitaux, parfois des forces de l'ordre. Dans le chaos règne une certaine organisation pensée en amont et que des événements comme l'attentat de Nice peuvent faire évoluer pour être encore plus pertinente et performante au moment T. 

Cet ouvrage enfin donne une voix aux victimes, toutes les victimes. Il y a en premier lieu celles qui sont mortes sur le coup, celles qui n'ont pas survécu, puis il y a les grands blessés qui gardent à jamais des handicapes plus ou moins marqués, les victimes plus légères sur le plan physique, mais aussi tous les témoins même seulement visuels de cet attentat et de ses conséquences. Il restera une marque indélébile et cette voix est un moyen de vivre avec, d'être reconnu, compris, moins seul...

Cette lecture ne laisse pas indifférente, elle brasse le lecteur, le bouscule et s'il reste protéger derrière ces lignes, il partage néanmoins une minime portion du fardeau de toutes les personnes qui ont contribué volontairement (les témoins) ou involontairement (les victimes) à l'élaboration de ce titre. 
Mon regard d'historienne me fait classer ce livre dans les prochaines sources des chercheurs futurs ou ceux qui se penchent sur l'Histoire immédiate. Dans tous les cas, c'est un écrit de valeur. 


Et s'il fallait mettre une note : 16 / 20


vendredi 16 juin 2017

Maudit printemps d'Antonio Manzini



Le livre : 

Maudit printemps d'Antonio Manzini aux éditions Denoël, 291 pages, 20 € 90. 
Publié le 4 mai 2017. 


Pourquoi cette lecture : 

Il s'agit d'un partenariat avec les éditions Denoël. 


Le pitch : 

Chiara Breguet, héritière d'une riche famille d'industriels du Val d'Aoste, étudiante brillante admirée de ses pairs, n'a plus donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Persuadé que cette disparition est inquiétante, Rocco Schiavone se lance dans une course contre la montre pour sauver la jeune femme et découvrir ce que dissimule la façade impeccable de ce milieu nanti. Pendant ce temps, la neige tombe sur Aoste en plein mois de mai, et cette météo détraquée ne fait qu'exacerber la mauvaise humeur légendaire de Rocco.



Ce que j'en pense : 

C'est le second roman d'Antonio Manzini que je lis. Je suis contente de retrouver Rocco Schiavone et toute son équipe (de bras cassés ou presque). J'apprécie les sagas pour ce type de retrouvailles. C'est agréable de "revoir" des connaissances dans un cadre déjà un peu familier. 

Certains protagonistes de cet opus (mais comme pour le précédent) paraissent trop caricaturaux pour être crédibles, mais n'oublions pas que la réalité dépasse assez souvent la fiction. Si, regardez bien autour de vous. 
L'enquête se déroule en quelques jours. Les mauvaises langues diront que c'est trop rapide, mais c'est oublier que les affaires criminelles se résolvent effectivement soit très rapidement, soit au contraire après des mois, voir des années. 

L'intrigue est assez classique, mais cela fonctionne. C'est bien le principal. 
On a notre lot de mauvaise foi, de sarcasmes, de bêtises, d'exaspération, de traits de génie, de vannes, de tacles mérités, de bassesse, de petits et gros malheurs du quotidien, de la vie tout simplement. 

Une dernière chose, j'aime beaucoup le style de l'auteur (triste réalité et réalité burlesque qu'il arrive à faire passer si facilement), mais surtout les petites références qu'il glisse ici ou là (la série Chips par exemple, mais aussi bien d'autres pépites que je vous laisserai trouver). 

Hâte de lire la suite des aventures (des emmer...bip aurait plutôt dit Rocco) de notre sous-préfet chouchou. 



Et s'il fallait mettre une note : 14 / 20


jeudi 15 juin 2017

Hélios


Pour information et donc pour toutes celles et ceux que cela pourrait intéresser : 

Cela concerne la collection de poche des éditions Mnémos



En juin, Hélios récompense votre gourmandise littéraire !
Pour deux Hélios achetés, nous vous avons conçu une douceur
exceptionnelle : un Hélios gratuit célébrant la bonne chère ! Tous nos
auteurs s'y sont mis : Le Breton, Caussarieu, Cérutti, Faye, Alwett, Darvel,
Bousquet, Rivero, Gechter, Del Socorro, Lainé, Arleston, Chevalier,
Chavassieux, Krust, Snyers, Larbaigt, Bauthian, Ligny, Debats, Heylbroeck,
Berrouka, Dau, Bellagamba, Ouali... Tous ont composé un banquet
formidable leurs héros ripaillent ensemble. Et vous êtes invités ! Venez
célébrer le bonheur gourmand des Littératures de l'imaginaire !